Fortunato de Gruttis

 

 

Paul de Gruttis est né en 1826 en Italie, à Roccavivi dans les Abruzes. Il est le premier d'une famille de 6 garçons, dont 3 deviendront prêtres. A 14 ans il entre au petit séminaire de Sora. En 1842 les religieux passionistes arrivent à Sora, s'installant dans un ancien couvent des capucins. La population et le clergé les accueillent avec beaucoup de joie. Ils prêchent alors des missions paroissiales dans toute la région. Les séminaristes se rendent souvent dans leur chapelle pour se confesser, et réciproquement les religieux viennent souvent au séminaire pour y animer les méditations. Paul se sent attiré par leur style de vie solitaire et pénitent. A la suite d'une retraite prêchée par un passioniste, Paul prend la décision de les rejoindre.

En juin 1843 il arrive au couvent de Paliano, où il fait son noviciat, et prononce ses voeux l'année suivante. Il est ordonné prêtre en 1848, clandestinement, à l'âge de 22 ans. C'est une période très troublée politiquement. Certains couvents sont fermés, et les religieux expulsés. Il ira donc de couvent en couvent durant une dizaine d'années, s'adonnant au ministère des missions paroissiales. En 1857, il abandonne toute forme de prédication à cause de sa santé, et il s'installe définitivement au couvent de San Sosio en 1869.

Le reste de sa vie sera consacré au ministère de la confession. Il ne sort de sa Retraite que pour aller visiter quelques malades. Lors de sa dernière sortie, à une personne lui demandant un souvenir spirituel à conserver, il lègue sous la forme d'une courte sentence l'essentiel de sa spiritualité : "Aime Dieu, crains Dieu". Comme pour le curé d'Ars, les gens viennent de loin pour le rencontrer. Il faut dire que Dieu lui donne des charismes très efficaces pour son ministère d'accompagnement des âmes. Souvent ravi en extase, il obtient beaucoup de grâces pour les personnes en difficulté. La lecture des coeurs de ses pénitents lui est facile. Il a aussi le don de la bilocation, ce qui lui permet de se rendre présent dans les environs, mais aussi jusqu'en Amérique! Il pratique avec force le ministère de l'exorcisme, au point que les démons le surnomment "le vieillard laid et gâteux", signe de sa grande popularité chez les anges déchus! Il est aussi très populaire dans son couvent et dans la région, où on l'appelle "le saint de San Sosio".

Le matin du 4 novembre 1905, Paul confie au frère infirmier : "Frère Antonio, l'heure d'aller au paradis est arrivée". Il est frappé d'une paralysie durant la nuit. Il meurt le 28 décembre. En 1992, "le saint de San Sosio" est déclaré vénérable par le Pape Jean-Paul II.

 

retour index des saints