le supérieur général des passionistes

présentant ses respects au pape

à la fin du chapitre général

 

 

 

Message du pape Benoît XVI signé par le Cardinal Tarcissio Bertone aux participants au Chapitre Général des Passionistes

Révérend Père,

Sa Sainteté le Pape Benoît XVI a appris avec plaisir que la Congrégation de la Passion de Jésus Christ s'apprête à célébrer son Chapitre général à Rome, du 1 au 22 octobre 2006. En cette occasion particulière, il vous adresse, ainsi qu'aux participants, un salut cordial, qu'il étend à toute cette Famille religieuse, à laquelle il est lié par une longue connaissance, ayant eu l'occasion d'admirer, dès les années de son activité universitaire en Allemagne, la personnalité de saint Paul de la Croix. Il souhaite que les travaux capitulaires, spécialement consacrés à la "restructuration" et à la "revitalisation" de la présence des Passionnistes dans l'Eglise et dans le monde, soient fructueux, afin de traduire en oeuvres adaptées à notre époque les enseignements toujours actuels de leur Fondateur.

Paul de la Croix concevait la Passion de Jésus comme la plus grande manifestation de l'amour de Dieu, capable de convertir les coeurs au-delà de ce que tout autre thème est en mesure de faire. En effet, ce n'est qu'à la lumière de la Croix que l'on peut s'approcher du mystère de l'Amour divin. "Dans sa mort [de Jésus] sur la croix - affirme à ce propos Benoît XVI dans l'Encyclique
Deus Caritas Est - s'accomplit le retournement de Dieu contre lui-même, dans lequel il se donne pour relever l'homme et le sauver - tel est l'amour dans sa forme la plus radicale" (n. 12). Tel est le message que vous êtes appelés à annoncer également à notre époque; telle est la teneur de votre charisme, la lumière de la contemplation à laquelle vous devez vous consacrer dans la solitude de vos retraites, comme Paul de la Croix appelait ses maisons religieuses, ou en créant un espace de contemplation analogue dans les diverses situations dans lesquelles se déroule aujourd'hui votre mission. Il s'agit d'une mission toujours actuelle: celle de montrer que la Croix est amour et que l'amour est Dieu. Comme le répétait souvent votre Fondateur, de l'océan d'amour du Père découle l'océan de douleur de la Passion de Jésus, du Coeur du Père dérive la Passion du Coeur de Jésus et de son Corps qui est l'Eglise. Votre Fondateur était intimement convaincu que les maux du monde dérivent de l'oubli de la Passion de Jésus: c'est pourquoi son aspiration incessante fut de faire mémoire et d'inviter à faire mémoire de la Passion. L'union avec le Christ crucifié devenait pour lui une invitation à la communion avec tous les hommes, une passion pour la justice et pour la charité. Dans le mystère de la Croix , il trouvait la force pour agir et pour valoriser les renoncements et les souffrances, toujours désireux de partager la douleur du Rédempteur pour les maux de l'humanité.

Le Souverain Pontife, alors qu'il rend grâce pour votre témoignage religieux et pour les nombreuses oeuvres d'apostolat que vous accomplissez, vous encourage à mener à bien l'engagement de "restructuration" que vous avez entrepris dans le but de mieux répondre aux défis de notre temps, en tenant compte des divers contextes culturels dans lesquels vous êtes présents. Ce qui guide votre effort spirituel et pastoral sont les orientations exprimées dans plusieurs documents du Magistère pontifical, dont l'Exhortation apostolique Vita consecrata, où l'on peut lire: "Les Instituts sont donc invités à retrouver avec courage l'esprit entreprenant, l'inventivité et la sainteté des fondateurs et des fondatrices, en réponse aux "signes des temps" qui apparaissent dans le monde actuel. Il s'agit là surtout d'un appel à persévérer sur la voie de la sainteté, à travers les difficultés matérielles et spirituelles rencontrées dans les vicissitudes quotidiennes. Mais c'est aussi un appel à acquérir une bonne compétence dans son travail et à garder une fidélité dynamique dans sa mission, en adaptant, lorsque c'est nécessaire, les modalités aux situations nouvelles et aux besoins différents, en pleine docilité à l'inspiration divine et au discernement ecclésial" (n. 37).

Dans votre travail de "restructuration" ayez à l'esprit la sollicitude pour l'unité de la Congrégation et la responsabilité de chacun pour toutes ses parties, la recherche d'une formation toujours plus unitaire et approfondie, l'échange de personnel et de moyens de subsistance, en particulier en vue d'un soutien réciproque entre pays économiquement développés et ceux en voie de développement, l'ouverture à la collaboration avec les Eglises locales, avec les Instituts qui vous sont liés, avec les fidèles laïcs, la sensibilité envers les nouvelles formes de pauvreté et les "crucifiés" de notre temps. Sous des formes nouvelles, ayez pour souci de manifester le même amour pour l'Eglise et la même sollicitude apostolique pour les âmes, qui ont caractérisé votre Fondateur. En outre, la participation de tous les membres de votre Congrégation à la réflexion sur le charisme de la Passion, ainsi qu'à la recherche d'une vie et d'un apostolat plus authentiques et fidèles au style originel, ne pourra que susciter en vous le désir d'une profonde intimité avec le Christ, qui vous préservera du risque de céder aux influences de l'esprit du monde et de la culture sécularisée, qui tente de pénétrer également dans l'esprit et dans le coeur des consacrés. Le Saint-Père exhorte en particulier les religieuses de clôture fondées par saint Paul de la Croix à renouveler la ferveur de leur prière, de l'offrande d'elles-mêmes et de leur témoignage, en accueillant avec une confiance docile les indications des Organismes compétents du Saint-Siège pour adapter leurs structures aux nécessités d'aujourd'hui.

Sa Sainteté le Pape Benoît XVI, vous assurant d'un souvenir spécial dans la prière, invoque sur le Chapitre général la protection maternelle de Marie, que vous vénérez depuis le début lors de sa Présentation au temple, et que vous avez ensuite choisie, sous le titre de Vierge des Douleurs, comme Patronne; ainsi que l'intercession céleste du Fondateur, des saints et des bienheureux de votre Congrégation. Avec ces sentiments, je vous donne, Révérend Père, ainsi qu'à toute la Famille passionniste la Bénédiction apostolique.

Je vous adresse un salut cordial et vous assure de ma prière dans le Seigneur.

Tarcisio Card. BERTONE
Secrétaire d'Etat


Page précédente